26 janvier 2015

diversement

  c'est effrayant comme sonore tant de fois la radicalité de l'eau à si grande distance de mon visible corps assis à réfléchir.     Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 21:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2015

diversement

  à peine plus haut que les lignes découpées dans les carrés de verdures et entre les semailles entre les machines déshabitées se prolonge l'orange qui brûle peupliers et corbeaux.         Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2015

diversement

  le temps d'une idée à la mesure d'une plage couverte de soleil et de galets plats sous les paumes et sous le vent et sous les vagues abyssales au fond des yeux     Nicolas Vasse
Posté par nicolas vasse à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2015

poésie 2015

  en foudre sur les épaules.   la nuit, sous les trains, tente un geste encore.   vidé du sens.     Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2015

poésie 2015

  l'esthétique de la parole.   sa présence oblique.       Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 22:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2015

poésie 2015

    cette étendue sauvage entre nos côtes.   j'épouvante les regards fuyards.     Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2015

poésie 2015

    la complexité des choses. leur souvenir de la lumière.     Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2015

poésie 2015

  lumière : état de ce qui est sans appartenance. le dialogue pénètre et traverse, le son, de paroles claires est limpide, ruisselle de dessous la peau.     Nicolas Vasse    
Posté par nicolas vasse à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2015

poésie 2015

se défeuille le circuit des vraisemblances l'hiver a semblé poser quelque chose d'humide sur le gazon     Nicolas Vasse  
Posté par nicolas vasse à 21:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2014

prose

Je nomme et appelle, sur la terre, le vent, la poudre des os, je nomme et appelle les vivants, les archers, l'escalade de leurs voix aux murailles des temps, pleureuses, bacchantes, le désert se fait de par les silences des pauvres en esprit, je nomme et appelle devant l'aube, sur les yeux comme dans les cœurs, je nomme et appelle tout ce qui échappe à nos sens, tout ce qui bâtit le monde, sur la terre, le vent, la poudre des os, je nomme et appelle cette absence qui nous fait face, cicatrice, gouffre, ouverture du sang à l'infini... [Lire la suite]
Posté par nicolas vasse à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]