ZEBRURES

15 décembre 2018

Ce qui arrive parcourt l'intense révolution des herbes soyeuses, chagrin des soupirs bercés d'âmes, ce qui arrive déboule avec ses nouveaux algorithmes comme une vérité écrite sur l'écran, écran support d'un autre destin envisagé.


Posté par nicolas vasse à 13:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 décembre 2018

 

Le carnage est tout autre, le rythme des souffles choisi, je me retourne. Si simple la page en miroir, s'atténuent les douleurs, rives déplorables d'un exil de soi, j'entrevois des lacets de pierres au milieu des côtes aveuglantes, l'or inca noué aux arbres.

Demain sous un autre ciel, jusque là ces mots ne portent pas.

L'aspect liquide des projets, leur extinction quasi immédiate, à peine l'ébauche déjà la cruauté carnassière de la mise en forme.

Rien à dire, qu'il lave le sol le tombeau de l'automne.

 

 

 

 

 

Posté par nicolas vasse à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2018

04/10/2018

 

Je classe les événements du quotidien par dates, je mets du temps dans un autre temps, ce qui se déroule et ce qui est consigné.

 

L'expérience poétique est une insistance à vouloir contourner.

 

Je laisse ici se fendre ce qui ne relève pas de la recherche.

 

Le temps qui se déroule autour de moi ne m'appartient déjà plus.

 

 

 

Vasse

Posté par nicolas vasse à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04/10/18

Quelques croquis sur la table, les yeux vagues, dans l'impasse, rives, une terre glaise attend la venue du brouillard.

Sapins, haies de vert, l'épais entonnoir où filent les mots restés morts, assourdis de végétal fumant.

Le fleuve finit sa course sous tes pieds, là même où puise l'armée de bois, en feuilles et sanglots.

 

Vasse

 

 

 

Posté par nicolas vasse à 21:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2018

 

 

 

Pour dire l'échappée du vent

 

Il faut remmonter au premier cycle

 

De la révolte des vivants

 

Eteindre toute parole

 

 

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


 

L'horizon semble bâti d'un seul os

 

Une langueur de vivre inscrit sous la mer

 

Profondeur du champ

 

L'oeil gorgé du rouge flambloyant

 

De mon ciel 

 

 

 

 

 

VASSE

Posté par nicolas vasse à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2017

 

Devant la porte, comme un doute,

Givre, les épaules,

Saillant visage dans la clarté d'un autre,

Devant la porte, où se situer?

Mort ou survivance?

 

 

 

 

VASSE

Posté par nicolas vasse à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

Tu cherches la grandeur,

De la terre collante de brouillard

Aux larges remparts de la mer,

Tes pensées inondent pour demain

Le sol qui en fera d'autres comme toi.

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2017

 

Nuit,

Le mot le plus long à comprendre.

 

 

 

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

Quelques pas aléatoires, dans un espace inconnu,

Une marche, un mouvement intérieur, l'air chaud presque réconfortant,

Quelques pas au hasard des trajectoires, entre pierres et arbustes,

Quelques pas pour mesurer l'infini à hauteur d'homme.

 

 

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 23:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]