ZEBRURES

23 février 2018

 

 

 

Pour dire l'échappée du vent

 

Il faut remmonter au premier cycle

 

De la révolte des vivants

 

Eteindre toute parole

 

 

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


 

L'horizon semble bâti d'un seul os

 

Une langueur de vivre inscrit sous la mer

 

Profondeur du champ

 

L'oeil gorgé du rouge flambloyant

 

De mon ciel 

 

 

 

 

 

VASSE

Posté par nicolas vasse à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2017

 

Devant la porte, comme un doute,

Givre, les épaules,

Saillant visage dans la clarté d'un autre,

Devant la porte, où se situer?

Mort ou survivance?

 

 

 

 

VASSE

Posté par nicolas vasse à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

Tu cherches la grandeur,

De la terre collante de brouillard

Aux larges remparts de la mer,

Tes pensées inondent pour demain

Le sol qui en fera d'autres comme toi.

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2017

 

Nuit,

Le mot le plus long à comprendre.

 

 

 

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


 

Quelques pas aléatoires, dans un espace inconnu,

Une marche, un mouvement intérieur, l'air chaud presque réconfortant,

Quelques pas au hasard des trajectoires, entre pierres et arbustes,

Quelques pas pour mesurer l'infini à hauteur d'homme.

 

 

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 23:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

C'est cruel, pas sauvage, cruel,

De laisser crever des hommes à la mer,

De laisser crever des hommes à terre,

Aucun marin, aucun homme n'oserait,

C'est cruel, pas sauvage, cruel,

Et ils appellent civilisation cet amas

D'hypocrisies, de petites cruautés,

Un sac de teigneux gavés de pouvoir,

C'est cruel, pas sauvage, cruel,

De laisser de la misère dans la beauté,

De salir la lumière au fond de nos yeux,

Je préfère être sauvage et rayonnant.

 

 

 

 

VASSE

Posté par nicolas vasse à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

La rue se met à luire, soir de glace,

Jardin à demi dévoré de lumières et d'alcools,

L'intense solitude éventrée de mouches,

D'une réalité à une autre,

Cette étrange réverbération des lucioles parisiennes.

 

 

 

 

VASSE

 

 

Posté par nicolas vasse à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

 

Tu parles et ça te dit quelque chose de plus,

Le long des immeubles s'entassent

Des corps aussi allongés que la mort,

Tu parles et ça te dit quelque chose de plus

Sur la nature humaine,

Ca te dit quelque chose de radicalement moche,

Tu parles écoeuré à ciel ouvert

De quelque chose de plus inhumain chaque jour,

Le long des immeubles s'effilochent

Des vies qui n'ont pas de fleurs sur leurs pierres.

 

 

 

 

VASSE

 

Posté par nicolas vasse à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2017

 

Inscire une raie de plus sur la pluie.

Hécatombe en sang des coquelicots,

le passé a depuis changé le sol.

 

 

 

VASSE

 

 

 

 

Posté par nicolas vasse à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]